Je dispose d’un matériel de base et bon marché ! Mon but n’étant pas de rivaliser avec les perfectionnistes mais simplement de m’amuser et des passer du bon temps !

Lunette Skywatcher Achromatique 102/500 sur monture Eq3-2 Motorisée deux axes, En faite je n’utilise que l’axe AD, mais j’ai opté pour une motorisation double au cas où j’utiliserai l’autoguidage par la suite. Le faible poids de la lunette (- de 4kg) permet de ne pas surcharger la monture.

 

APN Olympus E300, C’est un appareil reflex de 15 ans en 8 millions de pixels ! Bien loin des performances actuelles ! Mais il fait bien l’affaire pour l’instant ! Je le couple à la lunette avec un adaptateur que j’ai bien eu du mal à trouver !

Chercheur TELRAD, il me simplifie bien la vie pour trouver les objets, je fabrique mes cartes avec le logiciel Stellarium avant la soirée.

 

Chercheur Kepler 9×50 coudé (J’ai enlevé la croix car de toute façon on ne la voit pas la nuit)

 

Oculaires 40mm, 20mm, 10mm et 6,3mm

 

Barlow 2X en 31,7

 

Barlow 2X en 5,08

 

Filtre VR-1 pour limiter les aberrations chromatiques

 

Filtre CLS pour limiter les effets de la pollution lumineuse

 

Filtre solaire

 

Monture Azimutale AZ3, permet une mise en place rapide pour l’observation

 

12 ans déjà que j’ai été publié dans Astronomie magazine

Texte du concours que j’ai envoyé à Astronomie Magazine :
J’ai réfléchi longuement avant de commencer à écrire, car le sujet demande de relater son meilleur souvenir « Astro », et puis je me suis dit que mon meilleur souvenir serait sans nul doute, celui que je n’oublierai jamais ! De plus, j’avais envie de partager cette histoire. Mais avant d’en venir au faite, il faut que je vous raconte :
Je suis l’heureux papa de trois petites filles adorables: Louise 12 ans, Céleste 9 ans et Eva 4 ans. Il y a environ deux ans, quelques mois avant son entrée en CP, Céleste avait une petite copine : Emilie. Un jour ma petite fille est rentrée de l’école en nous expliquant quelque chose d’assez bizarre: « Emile a du rentrer chez elle car elle avait la tête tout de côté ! ». J’ai trouvé ma femme assez inquiète, il faut dire qu’elle est infirmière. Et ses craintes se sont justifiées quelques jours après: Emilie soufrait d’une tumeur au cerveau très mal placée, ses jours étaient comptés. Voilà ma petite fille Céleste confrontée avec la dure réalité de la vie: elle allait perdre sa copine qu’elle aimait tant. Les mois qui ont suivie ont été très pénibles: Ma petite fille est allée rendre visite à sa copine pour lui faire la lecture et parfois simplement pour lui tenir la main. Mais Emilie s’en est allée un jour de janvier. Ne sachant pas comment le dire aux enfants, on a simplement dit: « Emilie est partie aux ciel ». Après l’enterrement nous sommes souvent allez au cimetière, et à chaque fois ma petite Céleste s’effondrait en larme, alors on la serrait dans nos bras pour la réconforter ne sachant pas quoi dire.
Un soir de l’été qui a suivi, alors que ma femme travaillait et que j’étais seul avec les enfants, j’ai sorti ma lunette pour observer dans mon jardin pendant que les enfants regardaient la télé. Je me suis mis à observer la lune car je suis gêné par un réverbère et les objets accessibles sont peu nombreux. Il devait être environ 22h00, et c’était une soirée comme en a parfois: très chaude et sans vent. Soudain, j’entend des petits pas derrière moi et je sens deux petits bras s’accrocher à mon coup: « Ca va mon petit papa chéri ? Qu’est ce que tu fais ? ». Je répond: « J’observe », et je prend la dans mes bras pour la lever afin qu’elle puisse coller son oeil à l’oculaire. Elle était fascinée ! Et elle m’a posé beaucoup de questions auxquelles j’ai su répondre.
Après quelques dizaines de minutes d’observation à deux, vint une question: « Elle est où l’étoile d’Emilie ? », à ce moment là j’ai sentie ma gorge se nouer et là je ne savais pas quoi répondre ! Et puis j’ai dit: « Attend », j’ai pris ma lunette et je me suis mis à chercher un long moment dans le ciel, et je suis tombé sur une petite étoile avec d’autres autours. J’ai soulevé ma fille et elle a observé longuement, puis elle m’a regardé et m’a dit qu’elle était très contente, car elle savait qu’elle que sa copine n’était plus seule là haut. J’ai du essuyer une larme en me cachant pour que ma petite ne le voit pas.
Ensuite ma plus grande fille nous a rejoint et nous avons continué à observer un bon moment. Passé 23h00 je les ai envoyées au lit pendant que je commençais à ranger mon matériel.
Bien souvent, le soir quand le temps est claire, avant d’observer en préparant mon matériel, je lève la tête et je regarde les étoiles et souvent je repense à cette soirée. Mes pensées vont aussi aux parents d’Emilie qui font parti de nos meilleurs amis maintenant. Je pense aussi très souvent à ma petite femme et à son dévouement pour cette petite fille et ses parents.
Voilà, mon plus beau souvenir n’est pas une supernova, ni une comète, encore moins l’observation d’une planète ou d’une éclipse, mais simplement une soirée! Une soirée passée avec mes enfants. Et comme toutes ces soirées passées avec elles je ne les oublierai jamais.
Je ne suis pas un grand écrivain, et peut être que peu de personnes vont lire ce texte, mais je le dédie à toi Emilie, pour tout le bonheur que tu as su donner.

Messier 101 nuit du 25 au 26 Avril 2020. 120 poses de 30 secondes. 10 darks. 10 offsets. Lunette 102/500 skywatcher. Monture eq3-2 motorisée en AD. APN Olympus E300 non défiltré.

Très déçu du résultat ! Il faut bien regarder pour voir M101 ! Sans doute dû à la pollution lumineuse ou le fait que l’APN ne soit ps défiltré ! A recommencer prochainement !